TARIF – CONTACT

Kévin et Marine (4)

Deux semaines se sont passées. Ce temps de latence est nécessaire à chacun.

Difficile de ne pas ressasser ce qui a été dit et entendu. Être en conflit avec un proche nous fait nous sentir triste malheureux en colère. Parfois le temps permet de digérer les choses. Et parfois non, ce jour là, les personnes rentrent dans la pièce tendues et anxieuses.

Kévin prend la parole. Il raconte son histoure ces 30 dernières années en famille avec leur mère. Il ne fallait pas prononcer le prénom de Marine…. il a fallu combler ce manque pour elle mais aussi pour lui.. Sa petite sœur les avait oubliés prise dans son tourbillon de vie de couleurs de nouvelles rencontres… La jalousie, l’amertume qui avaient peu à peu comble le manque. Les tracas dus à la maladie de sa mère les décisions à prendre. Heureusement que lui etait là.

Marine a la tête baissé. La médiateure laisse le son des mots s’eteindre dans le silence.

Marine-Kevin (3)

La position de chacun des deux protagonistes Kevin et Marine, est fortement ancrée dans leur discours. Le retour de Marine est perturbant pour Kévin et Marine quand à elle se sent légitime et utile d’être la vis à vis de leur mère.

Ils acceptent de venir seul tout d’abord. A chacun d’exposer son point de vue. Ce temps de parole est libérateur : Metre enfin des mots sur des sentiments de rancune, colère, tristesse, les histoires du passé devant une médiateure attentive à ce qui se dit, est déjà un moment fort de médiation familiale.

Les points que chacun veut aborder sont identifiés et inscrits sur un tableau blanc

Nous nous retrouvons ensemble à la suite de ces entretiens individuels. Marine et Kévin lisent en silence le pourquoi l’autre veut venir en médiation. Une date ultérieure est fixée pour une rencontre à 3.

La méditation familiale permet de faire autrement (Marine et Kévin -2-)

Comme convenu, j’appelle Marine. La mère me repond : oui Marine est bien là, et j’en suis très contente, ca faisait tellement longtemps que je ne l’avais pas vue….

J’explique brièvement le motif de mon appel. Marine ne comprend pas vraiment la démarche de son frère. Qu’ils peuvent se parler sans passer par une personne étrangère et vraiment elle n’a pas le temps en ce moment, tant elle a  à faire ici. La maison de sa mère est dans un tel état, rien n’a été entretenu depuis son départ…

Justement on pourrait se rencontrer pour en parler. Qu’ évidemment, je ne suis pas là pour donner mon avis, et que nous pourrions lister les sujets dont elle aimerait parler dans un 2ème temps avec son frère.. Kévin ne l’a jamais laissée parler sans s’énerver… oui bien sûr mais la médiation familiale perrmet de faire autrement

 » coup de baguette magique »

Kévin 58 ans m’appelle :  » Bonjour j’ai vu votre site sur la médiation familiale. Vous parlez de créer ou recréer des liens dans la famille. Voilà, ma sœur Marine a coupé les ponts avec nous, il y a plus de 30 ans maintenant. Elle voulait être libre, c’était l’époque vous savez…. mais aujourd’hui, elle a plus d’argent, elle est revenue s’installer chez notre mère. Moi je suis pas d’accord. Maman vit seule depuis longtemps, elle est âgée. Nous, ma femme et moi, on a toujours été là quand elle avait besoin. Vous pouvez faire quelque chose, il faut qu’elle s’en aille ailleurs…

… » Je lui explique que la médiation familiale ce n’est pas un coup de baguette magique, que je vais aussi entendre Marine si elle est d’accord, et voir pour les rencontrer chacun à leur tour ». Marine n’a plus de téléphone portable, j’appelle chez leur mère.

KEVIN et MARINE

Yves m’appelle pour me demander dorganiser une rencontre de médiation familiale avec ses 2 enfants, Marine et Kevin âgés de 18 et 20 ans.
 » Mes enfants ne veulent plus venir à la maison. Impossible de les avoir au téléphone.  Comment est ce que je peux faire pour  les faire venir en médiation ?  » 
Nous convenons  d’ un rendez-vous pour qu’ Yves m’explique  situation familiale.

Lors de notre première rencontre, Yves explique « Marine et Kévin étaient en résidence alternée jusqu’ à ce que je change de boulot. Et que je parte travailler à l’étranger. Mais j’ai toujours payé la pension alimentaire depuis. On s’est un peu éloignés…. et je crois qu’ils m’en veulent un peu depuis ce moment là « .

Avant d’aller plus loin en méditation familiale, j’ai besoin par sou-ci d’impartialité de rencontrer les deux jeunes. Tout d’abord, Je leurs propose un rendez-vous téléphonique individuel. Ce premier contact permet de faire connaissance, d’expliquer d’où vient la demande et surtout ce que permet une rencontre de médiation.